AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: Administration :: Journal du mage :: Présentations :: Codex des Âmes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'enfer c'est les autres - Erel Betzalel

avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2017
Mar 17 Jan - 20:46

Fiche d'identité

• Nom: Betzalel
• Prénom: Erel
• Age: 23 ans
• Genre: Masculin
• Magie : Magie de rééquipements en Bâtons Magiques et un peu Magie de télékinésie (juste pour manipuler les bâtons à distance
Spoiler:
 
• Camp: Solitaire (aspirant Sereph Sevens)
• Avatar : Mystogan - Gérard Fernandez
Physique et Mental

Le bar était ouvert mais il n’y avait strictement personne. Notre ville était aux frontières de Fiore et de Seven. Notre commerce était accès sur le tourisme de nos voisins de Seven, mais depuis un récents petit désaccord politique les touristes s’étaient fait plus rare. C’était déjà arrivé plusieurs fois, ils reviendraient dans 2 ou 3 semaines et tout redeviendrait normal.

Alors que je passais un coup de chiffon, je remarquai que le vernis beige de mes ongles manucurés s’était fissuré sur mon index droit. J’étais assez déçu et j’attrapai le flacon pour me refaire ce doigt. C’est alors qu’un sinistre homme entra. Il passa la porte et la referma derrière lui. Un bonnet noir avec une petite plaque en métal devant trônait sur son crâne et lui cachait les cheveux et pour finir sur une bonne note, un foulard style militaire attaché lui cachait le reste du visage. Je dois dire qu’il me fit de suite très peur. Il retira alors ses deux bouts de tissu qui révélèrent un jeune visage de bel homme, j’appris plus tard que nous avions, comme je le pensais, le même âge soit : 23 ans.  Sa démarche était assurée, comme s’il venait de prendre possession de la pièce, comme si ce qui l’entourait lui appartenait, une aisance alliée à un sang-froid et un air glacial et ténébreux qui ne me laissait pas de marbre. Ses habits eux était pas très tendance, un peu bizarre, les lui enlever aurait été une bonne idée… Excusez moi ! Gomen ! Sa carrure était assez velte, ce n’était pas un body builder, aucuns doutes là-dessus. Ses bras étaient fins et son corps respectait généralement cette même idée et les uns comme l’autre étaient recouvert de bandage. Ce gars ne voulait pas qu’on le voit, qu’on ne puisse le reconnaitre, après tout, on a tous des choses à cacher. Je remarquai en regardant ses jambes qu’elles était plus musclé que ses bras, mais globalement si ce gars voulait se battre, son avantage serait sa rapidité et son agilité.

Il s’assit alors sur un au comptoir et demanda un verre, sa cape déchirée par des batailles, je supposais, tombait jusqu’aux genoux et avait un col très montant, utile pour le camouflage mais pas pour un bar. Il détacha donc le bouton qui la maintenait sur ses épaules et la posa sur le siège d’a côté. Enfin il enleva de son dos 4 objets que je n’avais bizarrement encore pas remarqué, de longs bâtons, c’est là que je compris que cet homme était un mage, personne d’autre qu’un mage n’aurait pu avoir ces 4 attributs. Il portait une ceinture large en tissu fin qui encerclait son épaule gauche avec son flanc droit de fait il pouvait faire tenir derrière lui par un ingénieux systèmes ses armes de bataille. Je vais éviter de décrire son « pantalon » car se serait bien trop difficile je peu juste dire qu’il est large et s’arrête aux genoux.

Après qu’il eut enlevé sa cape, son bonnet, son foulard, ses bâtons, j’ai commencé à le trouver normal et à succomber à son charme, ses cheveux bleus, son air trop sérieux, son tatouage à l’œil incompréhensible, sa tenue étrange, …

Il me demanda de le suivre et de prendre, comme lui un shooter d’alcool fort. Je m’exécutai, je m’ennuyais et je n’allais pas le laisser partir seul. Nous avons alors poursuivi les boissons, il ne voulait pas me parler pour l’instant, juste boire pour qu’il se sente plus libre de parler. Cela me fit comprendre que cet homme était assez réservé et que les choses qu’il cachaient étaient aussi étrange et sombre que lui.
Après 5 shooters et trente minutes à trinquer à diverse choses et à parler pour ne rien dire je proposai un jeu. Chacun notre tour, nous devions essayer de deviner quelque chose sur l’autre, si c’est faux, le demandeur bois sinon c’est l’autre. J’étais très forte à ce jeu et je commençais par :
« Tu es un mage » il but, et répondit par « Tu es non-mage ».
« Tu déteste parler de toi » il but. Je ne vous fais que mes questions où il a bu pour que vous puissiez cerné le personnage que j’avais devant moi.
« Tu voues une haine envers quelqu’un » il rectifia avant de boire « envers le conseil magique »
« Tu es intelligent, un mage stratège » il leva son verre et ajouta qu’il avait eu une bonne éducation sur le sujet
« Tu voyages en solitaire »
« Tu es jaloux » j’avoue avoir été assez surprise mais il me dit alors qu’il n’avait pas non plus de temps à accorder à une femme.
J’appris que c’était quelqu’un d’asocial, de blessant maitrisant parfois mal ses mots, de défaitiste dès qu’il ne trouvait plus de moyen, l’amour et l’amitié n’entraient pas en compte dans ses calculs mais la colère oui. L’idée de vengeance est pour lui un levier lui permettant d’avancer est d’être qui il est. C’est aussi un homme instable, susceptible et prudent. Après 2 ou 3 heures, nous étions bien entamés et donc je l’emmenai dans ma maison pour qu’il ait un toit. Je pu le voir enlever ses bandages laissant apparaitre un corps pâle et quasi imberbe. Malgré la finesse de son corps, il était aussi très musclé et avait de beaux abdos que beaucoup rêveraient de croquer.
C’est un jeune homme plein de fougue et tendre qui se révéla, sous tous ses bandages et habits c’était un garçon tendre en manque d’amour.


Histoire

Mon père me dit un jour « la vie est une magnifique chose, même pour une méduse ». Je n’avais jamais compris cette phrase jusqu’à peu. Toute vie est belle est mérite d’être vécu.

Je suis né il y a 23 ans à Era, ma naissance fut un moyen, une excuse pour ma famille pour s’éloigner vers la campagne. Mon père, Eliot, était alors très haut placé au Conseil Magique et agissait pour le compte du Conseil, il les connaissait tous personnellement. Son travail était celui d’espion pour le compte du Conseil et il dirigeait parfois les opérations stratégiques car mon père est un des hommes les plus intelligent et stratège de la région. Ma mère, Lili est une femme au foyer belle et douce, son travail est de s’occuper de moi et de participer à la vie associative de la ville. En effet, elle a un rôle important dans la plus grande association de la ville en faveur des orphelins. Elle aide à l’organisation de galas célèbres dans tout Fiore où sont invité les plus grandes personnalités du pays. J’ai participé à beaucoup de ces galas et aperçu dans les coulisses beaucoup de gens connus.
Mes parents souhaitaient déménager à la campagne ils avaient besoins de se sentir libre dans un espace où il n’y aurait pas de trace de vie humaine. Mais je soupçonne aujourd’hui que mon père est dit à ma mère qu’en ville, la maison était surveillée. En effet, travailler à ce poste au Conseil était autant pour eux un avantage qu’une menace.

Papa a rapidement réalisé que j’étais un mage et je lui avais confié dès mes 5 ans que je voulais faire comme lui. Il a donc dès mon plus jeune âge commencé à m’enseigner la théorie. Je voulais toujours passer à l’acte et qu’il me laisse utiliser ses bâtons mais il me forçait à apprendre d’abord à écrire, lire et à organiser des plans de batailles… A vrai dire pour ce dernier point se fut laborieux… J’ai commencé à en voir l’importance qu’à mes 10 ans mais j’avais déjà retenu même sans savoir à quoi sa servait. Jusqu’à mes 13 ans, avant que je puisse pratiquer, j’ai appris tout ce qu’un mage confirmé devait savoir sur la magie, l’ethernano et son fonctionnement. Surtout j’ai appris comment fonctionnait la magie de mon père pour optimiser au mieux la maitrise.

Un jour, pendant ma treizième année, mon père m’a appelé dans le jardin, il me donna son bâton en forme d’éventail, et me demanda d’utiliser un sort en utilisant toute la théorie que j’avais appris. Je ne réussis pas la première fois, ni la seconde mais la troisième, je pu faire une boule violette de dix centimètres de diamètre sur le bout du bâton et de l’envoyer vers un petit rocher, explosant et laissant une marque dessus. Il m’expliqua alors que si, enfant, lorsque j’avais 5, 6, 7 ans il m’avait laissé passer à la pratique, j’aurai pris plusieurs mois tout au plus pour faire la même chose et j’aurai avancé moins vite en ne sachant pas comment ça marche. Je le remerciai quand même et depuis ce jour, il commença à m’apprendre ses pouvoirs. J’avançai rapidement et la plupart du temps les entrainements consistaient à agir stratégiquement dans un combat contre mon père, contrer ses stratégies par d’autre. « Toujours s’adapter à son ennemi » était une phrase qu’il me répétait tout le temps.

En l’an 773, alors que j’avais 18 ans, mon père partis travailler et ne revint pas. Il faut dire que mon père ne parlait jamais de son travail, cela lui était interdis, mais quand il partait pour un temps il nous prévenait. J’avais jusqu’alors toujours apprécié le Conseil, mon père travaillait pour eux et pour moi il protégeait le peuple. Deux jours plus tard, deux soldats du conseil vinrent nous chercher. Ils nous annoncèrent la nouvelle :
Eliot, pour avoir trahis le conseil magique, allait être envoyé aux travaux forcés en tant que prisonnier au bagne sur l'île prison de Fiore. Il échappait à la mort pour ses longs et loyaux services et on lui permettait une entrevu avec sa famille avant son départ.

J’ai dû consoler ma mère sur tout le chemin. Arrivé là-bas, j’avais eu tout le temps de faire naitre en moi une colère noire qui allait ensuite me mener vers le chemin de la vengeance et de la haine contre ce Conseil que je glorifiais tant. Dans une prison souterraine crasseuse, mon père, vêtu de souillons sales était enchainé avec des menottes anti magie. Ils l’emmenèrent dans une pièce où ma mère et moi attendions. Je sortis et laissa ma mère avec lui. Puis ce fut mon tour. Mon père me pris les mains, discrètement, il m’y laissa deux cailloux. Il me raconta alors que j’allais lui manquer, qu’il fallait que je prenne soin de ma mère, des adieux qui me criait « Regarde les cailloux ! » une conversation si importante qui pourtant semblait inutile et fausse. Il ne pouvait me dire ce qu’il voulait et c’est après que je compris qu’il me l’avait écrit, gravé sur les cailloux.

Il n’y avait pas beaucoup de place et cela me laissa avec beaucoup de place, il était globalement écrit : J’ai réalisé que le Conseil manipule le monde, j’ai voulu agir, je n’avais pas de plan. Le mot plan était clairement écrit et souligné, comme s’il me demandait de ne pas agir inconsciemment. De plus il avait indiqué un signe, un signe que nous avions chez nous comme motif d’un tapis. Avec toujours plus d’originalité, en soulevant le tapis, je pu voir une trappe. Je soulevai le clapet qui donnait juste sur un trou, profond de deux mètres mais large d’un carré de cinquante centimètres de côté. Aucun homme n’était caché à l’intérieur mais ses 5 bâtons magiques qu’ils avait lui-même fabriqué. Je n’en avais jamais construit mais c’était son héritage.

Quoiqu’il en soit, mon but devint à ce moment d’aller le chercher et j’allais partir vers l’est, vers cette île l’année suivante. Le temps de finir de m’entrainer, la principale faiblesse de mon père était qu’il devait manipuler à la main ses bâtons en même temps, il les jetait pour qu’ils retombent bien, c’était un expert en ce domaine mais cela restait une faiblesse. C’est pour cela qu’en cette année d’attente j’appris grâce à un grimoire à maitriser les bases d’une magie télékinésiste pour manipuler à distance mes armes de combat.

C’est ainsi qu’en l’an 774 je quittai la maison, ma mère après un douloureux départ vers l’est, où se trouvait un port avec départ pour l'île. C'était un des quelques ports où était envoyé massivement les criminels du monde entier sur d'immense bateau, je pourrais là bas me cacher sur l'embarcadère et aller sauver mon père. Mais après une semaine de marche, je m’arrêtai dans une ville, plus en colère que jamais, j’avais croisé une dizaine de soldat du Conseil annonçant et criant à tue-tête qu’un Dragon était apparu et avait détruit Akane Beach. Cette ville de bord de plage se trouvait non loin de ma destination. Le monde entier, non pas Fiore mais Ishgar tremblait de peur devant la menace. Les gens commençaient déjà à se demander si nous arriverons à le vaincre, si le conseil de la magie allait utiliser Etherion pour vaincre la bête… Jamais le Conseil de la Magie se risquerait à utiliser Etherion contre le dragon, cela risquerait en même temps de détruire Fiore et de tuer des centaines d’innocent. Quoiqu’il en soit, la route vers l’Est était bloquée et je ne pouvais aller combattre un dragon, c’était l’apocalypse en personne qui venait nous écraser.

Je ne pouvais passer par la côte sud de l’est mais si je longeais les plages du nord, le dragon ne me barrerais sûrement pas la route. Il se dirigerait probablement vers l'ouest, vers Era par exemple, et lorsque je serais au nord est, lui serait en train de détruire cette ville, j'aurai alors voie libre pour descendre tout droit jusqu'à mon port. Mais il y a beaucoup de très puissants mages dans ce monde, tous à la solde de ce maudit conseil que je haïssais. Forcément l’un d’entre eux allait réussir à tuer le reptile avant qu'il n'est le temps d'aller au siège du conseil. Nous étions en Novembre, je traçai vers le Nord pour atteindre la côte et pouvoir la longer vers l’Est. En Décembre j’atteignais la plage, je commençai alors à marcher vers l’est. Le dragon avait pendant ce temps rencontré et tué bon nombre de mage d’une alliance de guilde en ravageant tout sur son chemin. Mais alors, le conseil décida qu’il fallait agir et activa Etherion, cette attaque qui allait détruire plus encore que le dragon, tuer plus d’innocent. Mon père n’aurait pas accepté ça, il m’aurait demandé de me battre contre le Conseil mais qui étais-je devant cette institution vieille de plusieurs siècles.

Je choisissais alors de devenir un inconnu, je me cachai sous du tissu, cachant toute parti de mon corps par des bandages, une cape, un foulard, un bonnet. Un tas de fil cousu qui allait me permettre de perdre mon identité et de m’attaquer à tout représentant du Conseil que je croiserai, de tuer sans mépris ceux qui avait détruit ma vie et celle de tous les innocents morts à cause d’Etherion. Je continuai donc mon chemin, chaque ville et village que je traversais où je rencontrais des membres du conseil, je les attaquais avec toute ma rage et ma force. Cela me pris donc plus de temps que prévus.

Un nouvel espoir parcouru le monde lorsque les 7 nouveaux dragon slayer firent leurs apparitions avec leurs maitres reptiles. La bataille semblait rude et les dragons ont alors dû battre en retraite, grièvement blessé. Le temps avança jusqu’à ce que le dragon se mette en travers de mon chemin. Des centaines de kilomètres nous séparait mais il était sur ma route et m’empêchait donc d’avancer. Lorsque je descendis, le conflit bougea aussi, j’étais maudit. Je ne pouvais traverser le champ de bataille. C’est ainsi que pendant 2 ans, jusqu’à la Colère du Dragon, je fus bloqué par ce problème. Cela me rappela bien à quel point j’étais incapable et à quel point le Conseil était incapable de protéger le monde. Je ne pouvais pas traverser ce désert de cristal.

Je me fis donc à l’idée, assez probable, que mon père ne m’avait de toute façon pas attendu, il s’était fait de nouveaux bâtons et s’était échappé de l'île, il était peut-être même sur Fiore. De fait, je consacrai ma vie à la destruction de cette entité monstrueuse qu’est non pas le Dragon mais le Conseil en continuant à chercher mon père.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 08/06/2015
Jeu 19 Jan - 1:16
Bonjour, Bonsoir,

La magie de ce personnage exagéré est refusée, son potentiel étant abusé.

Je précise que j'ai lu l'histoire en entier, elle sera d'ailleurs à revoir.

Merci pour votre compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2017
Ven 20 Jan - 22:47
Tadaaaaam voilà un tout nouveau moi ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 08/06/2015
Sam 21 Jan - 2:07
Juste une chose, Iceberg ne possède pas d'activité minière (ni de camps de travail pour prisonniers). L'île au sud de Fiore par contre (on dirait la Corse), est une zone carcérale, un vrai bagne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 15/01/2017
Sam 21 Jan - 10:18
Over ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 08/06/2015
Sam 21 Jan - 15:05
Félicitations, vous êtes validé rang B !

N'oubliez pas de rédiger votre fiche technique avant de combattre (avec de la magie, je précise), merci.

Bon jeu ^^
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
L'enfer c'est les autres - Erel Betzalel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» " L'enfer, c'est les autres" Sartre (Dhaaarc ! DDF ? :3)
» L'enfer, c'est les autres. ❖ Mathou
» C.Brooklyn, New-York City - L'enfer, c'est les autres
» PRIAM; « l'enfer, c'est les autres. »
» L'enfer, c'est les autres, enfin surtout ceux d'en bas ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Rise's Tale :: Administration :: Journal du mage :: Présentations :: Codex des Âmes-
Sauter vers: