AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: Fiore Nord :: Shirotsume Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The beast within [pv Yubel]

avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 18/02/2016
Age : 26
Dim 26 Fév - 17:52


« Entre ivresse et allégresse ~ »






A

ssise à l’écart, attendait la belle au bois dormant. Lui qui semblait s’étirer d’un profond sommeil, paisible, au songe enchanteur, tandis que l’astre diurne se hissait en douceur dans les cieux. Sa chaleur chatoyante dénotait assez de la froideur matinale, accompagnée de la fraiche rosée perlant aux feuillages. Une douce pénombre bienveillante demeurait alors, perdurant quelques instants. Et la taciturne créature n’avait de cesse d’admirer ces merveilles naturelles, son royaume qu’il lui plaisait d’arpenter et savourer. La donzelle impassible à l’air frisquet comme aux coquines caresses prodiguées par la brise battant la lande, semblait ici figée sous un arbre immense. Sans doute le plus vénérable des anciens grands résidents du bosquet bordant la cité de Shirotsume. Et dans cette noirceur agréable sous les cimes majestueuses de cette clairière fabuleuse, où régnait un silence seul déchiré par la mélodie des vents insignifiants.

Comme bercé par ce chant dans les feuillages qui frémissaient par instants comme ballottait sa belle crinière à la robe de verdure ; il y en avait une pour communier avec ce monde mystérieux, transcendant. L’énigmatique demoiselle en pouvait presque sentir le murmure des arbres, la pulsation de chaque être aussi minuscule soit-il, ou encore le flot de la vie étendu tel un réseau tentaculaire, qui comme l’onde et le vent avaient le don d’être insaisissables mais de pénétrer la chair. La progéniture du sire des toxines s’imaginait pouvoir s’unir au monde tandis qu’elle en venait à ressentir une sensation des plus délectables, celle d’oublier son enveloppe charnelle et ses perceptions, pour ne savourer plus que l’étrange tendresse de l’invisible, de l’indescriptible force maternelle qui s’emparait d’elle, qui envahissait toute entière tel un venin s’écoulant dans ses veines. Midori avait grand peine à retranscrire ces instants de transe, où elle effleurait chaque fois cette sensation de vivre enfin. Si bien qu’elle n’avait de cesse de s’y adonner, de craindre de voir s’effriter son souvenir si plaisant qu’il se révélait obsessif. Une addiction qu’elle ne négligeait jamais.

Mais alors qu’elle rouvrait ses prunelles sur le monde, qui ne lui paraissait pas le moins du monde moins splendide, elle semblait lasse de sa condition. Comme si l’éveil lui était calvaire et qu’elle ne désirait plus que vivre un rêve éternel, puisqu’il frisait son idéal de perfection là où elle savait la laideur humaine au-delà de son sanctuaire. Mais il lui fallait s’en éloigner, une missive sacrée lui incombait et elle n’était de ceux pouvant la dénigrer. Si elle cédait à son désir insolent, elle n’oserait plus sermonner sa cadette foudroyante. Et il lui arrivait parfois de songer à ces camarades, frères et sœurs élus, afin de s’interroger sur leurs manières de surmonter la disparition du parent, son deuil impossible et cette nouvelle vie loin de lui, jeté dans les bras cruels de l’humanité. Pouvaient-ils seulement s’apaiser à son image, où souffraient-ils le martyre, voilà sa plus grande crainte ; avec celle de voir ressurgir le destructeur. Un soupir agrémentait sa pensée tandis qu’elle se hissait sur ses jambes, avant de s’étirer en baillant. Puis elle s’avançait au cœur du domaine baigné dans la lumière, chaude et rougeoyante, afin d’en profiter tout en s’exerçant avec maladresse à sa magie nouvelle.


Spoiler:
 
Crédit: Cali' in Epicode

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 16/12/2016
Lun 1 Mai - 23:42



The beast within


En quête de pommes






5 Mai x778


Shirotsume, joyau des marchands itinérants en quête de fortune.
L'on y trouve des fruits provenant de tout Earthland, étendus le long d'infinis marchés où une masse mouvante de civiles venait se mélanger. Sur le sommet d'une des nombreuses battisses orientales se trouvait Yubel, accompagnée de son exceed qui paradait fièrement comme à son habitude sur son épaule en humant l'air avec dédain.


  • "- Ton exhalaison reptilienne empeste, mon museau va s'enflammer ... ! Ah-aah-achoum ! " Lunn éternua puis s'envola soudainement vers les parcs extérieurs de la somptueuse ville, attirée par une nouvelle odeur suspecte.


Yubel cessa de rêvasser un instant et remarqua dés lors l'absence de son compagnon. Elle glissa sans vergogne pour le retrouver sans perdre un instant. Armée elle aussi d'un odorat aiguisé, pister celui-ci ne fut pas bien compliqué jusqu'à ce qu'une odeur de pomme colonise complètement ses narines jusqu'à brouiller sa route. Alors qu'elle balayait du regard les alentours du coin de verdure, elle toisa une silhouette familière s'essayant de façon grotesque à la magie de rééquipement. Est-ce qu'il était nécessaire de se préciser ce spectacle odieux tant il était compliquée pour cette dernière de comprimer ses formes dans des vêtements préconçus par les arcanes magiques. Elle s'avança doucement, ses talons plats décrivant un son creux en claquant sur l'herbe dur jusqu'à s'en approcher.

  • "- Hmfm.. Mes salutations ! Vous auriez vu un petit chat volant ?" dit Yubel en jaugeant la jeune femme bien formée alors que la pauvre lui arrivait ridiculement à la taille.


Vierge d'aura magique, la jeune femme semblait pourtant capable de lancer de piètres sorts d'équipements, à moins que son potentiel soit cachée par une énergie intérieure comme l'était celle de Yubel et de ses pairs ? C'était peut-être ça qui avait attiré Lunn jusqu'ici, et pourtant il n'avait pas l'air d'être là. Une dragon slayer, ici ? Si c'était le cas, c'était la providence, mais les plus pessimistes affirmeront une vulgaire coïncidence. Après tout, le dragon sacré était ici en quête d'indices concernant Phantom Lord. Trois mois avaient passés depuis l'échec dans la poursuite de Bonzo, un mage éminent de cette guilde clandestine, et tout portait à croire qu'il n'était pas bien loin.
© Code par Dehvi sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 18/02/2016
Age : 26
Sam 20 Mai - 17:34


« Une énigme épineuse ~ »






T

andis que la belle s’exerçait à la maîtrise d’une magie nouvelle, la brise taquine venait d’aventure caresser ses chairs peu frileuses. Certes la fraicheur matinale tendait à s’évanouir, mais elle n’allait ni frémir ni gémir. Quand bien même le phénomène effleurait quelque endroit si sensible. La créature à la crinière verdoyante s’étonnait presque à en savourer la malice. Mais le vent n’était que piètre amant. Aussi dénigrait-elle ces égards, afin de mieux pratiquer son sortilège. Ce dernier s’avérait si peu épatant. Elle avait grand peine à mander et congédier son bel ensemble. Si bien qu’il lui arrivait de se volatiliser en partie, de manière imprévisible. La chose lui semblait bien risible et à ses lèvres s’étranglaient les soupirs. Quelque peu agacée, la demoiselle semblait si lasse tant ses prunelles ne rencontraient que déception.

Fort heureusement nul ne pouvait épier la belle aux courbes sensuelles, tantôt trop dévêtue, parfois dépitée de rester quelques instants bien nue. Puis elle parvenait à tout endosser à nouveau. Cette séance lui suffisait. Et voilà que la brise venait l’ennuyer, en lui déportant une fragrance intrigante. Un arôme subtile et délicat, quoiqu’un brin exotique et spécifique. Il lui semblait si familier et pourtant méconnaissable. Quelle était dont cette créature qui s’avançait à elle ? Elle qui lui apparaissait ni humaine ni animale. Le phénomène manquait-là d’apaiser sa méfiance, mais le fin limier n’aimait guère être abusée. D’autant que l’odeur mystérieuse lui évoquait ses pairs. La fratrie ne lui manquait nullement, bien qu’elle appréciait sa cadette d’azure. Les autres la laissaient de marbre, bien qu’elle songeait parfois à leur devenir. Et que n’avaient-ils cherchés à reformer famille, du reste ? Naguère encore elle avait bien saisi qu’ils demeuraient, à son image, tous aussi solitaires et marginaux. Telles ces bêtes souveraines les ayant éduqués. Aussi n’irait-elle blâmer ces sots d’être endeuillés et égarés, tout comme elle la pauvre.

Le vent tournait par instant, ce genre de caprice ne lui rapportait que des ennuis. L’un d’eux s’osait à la gagner, pareille nonchalance était bien digne d’une telle petitesse. Hélas, aussi noble soit-elle, songeait la verdâtre à admirer fugacement ces traits délicats enveloppés d’une riche panoplie, emplie de fantaisie ; sa présence l’ennuyait. Ses déboires également. Mais Midori n’était pas de ces gens grossiers ou si malpolis. Aussi lui rétorquait-elle à sa manière. « Bonjour. » soufflait-elle de sa voix mélodieuse, avec ceci dit des traits mornes. La taciturne jouvencelle demeurait bien perplexe à l’égard de cette petiote. En plus d’être l’origine de cette énigmatique odeur, elle semblait ignare et pire encore, sans gêne. Que n’avait-elle besoin de hisser ses prunelles, là où quelques charmants attraits pouvaient l’enchainer ? Voilà que la brise malicieuse revenait narguer ces nasaux, rapportant la présence de l’éventuel félidé qu’elle désignait d’une griffe dressée aux cieux, tandis que se dessinait sa silhouette minuscule au-delà des cimes, sans même y river les prunelles.

Spoiler:
 
Crédit: Cali' in Epicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 08/06/2015
Mer 2 Aoû - 18:46
/!\ Intervention d'un pnj, un homme aux traits indéchiffrables.

Assis à l’écart, se tenait un voyeur de la pire espèce. L’homme avait eu tout loisir de savourer la scène où une sensuelle demoiselle s’était fugacement démise de son bel ensemble. Le phénomène l’avait tant éprouvé qu’il avait manqué de trahir sa présence. Et la nette vision de sa proie le comblait d’aventure de joie. Cette ravissante créature sil alléchante n’était pas déplaisante à voir, tout au contraire se disait-il. Le chasseur avait pour lui la patience et ne s’était pas lassé de l’admirer depuis des heures. Le vilain demeurait à bonne distance, dans les feuillages d’un buisson épais où il se fondait à merveille. Sa prudence l’avait retenu de gagner la bête, de crainte d’éveiller sa fureur plutôt que sa stupeur. Si elle lui était apparue vulnérable et aisément abordable en son repos, il s’était bien garder de s’y fier. Aussi ne pouvait-il que guetter l’occasion propice à s’approcher, dès lors que sa proie serait distraite. Et plus il l’observait, plus l’homme trouvait son sujet d’étude fascinant. Un seul détail l’émoustillait vraiment, la jouvencelle aux traits d’humaine avait pour elle un comportement animal la rendant presque imprévisible et illogique par instants. Elle était telle qu’on lui avait dépeinte. La verdâtre dévoilait-là sa nature véritable, celle d’un fauve inquiétant et méfiant. Mais il se riait de l’abuser si aisément. En effet, le maraud avait pris grand soin de passer pour invisible de par son camouflage, en plus de se poster de sorte à ce que la brise ne déporte pas sa fragrance, qu’il avait d’ailleurs masqué avec l’essence d’un animal commun au bosquet. Soudain, elle lui faisait dos, figée à la vue d’un éventuel intrus en la clairière. Le manant bien curieux décidait alors de s’approcher, en douceur. Le voilà qui rampait dans les broussailles, sans toutefois les malmener ni briser de fagot ou de feuilles mortes en son sillage,  afin de ne pas trahir sa venue. Et tandis qu’il s’adonnait à une avancée implacable et silencieuse, bientôt insidieuse, le misérable songeait à son méfait qu’il planifiait depuis des jours. Il avait grand foi de réussir là où d’autres avaient échoué, de sorte à pouvoir narguer ces incapables l’ayant médit et rejeté. Le zoologiste n’épiait pas son sujet d’expérience sans l’espérance d’en retirer vengeance glorieuse. D’autant que la fiole au liquide violacé lui avait mandé trop d’effort. En effet, se procurer des échantillons bien maigres et aussi rarissimes que coûteux de la fameuse créature avait été assez laborieux. Si sa thèse s’avérait infructueuse, il n’aurait pas même de quoi réitérer l’expérience du mutagène. Ses années de recherches s’élançaient alors, avec cette potion évadée des feuillages tandis qu’il s’en retirait vers les ténèbres de la forêt, presque impossible à pister. Sans doute filait-il se mêler à la foule du bourg.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
The beast within [pv Yubel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» The Beast Below [OneShot 162X]
» The Beauty & the Beast
» (Beast wars) episodes vf
» Itchi
» The Beast!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Rise's Tale :: Fiore Nord :: Shirotsume-
Sauter vers: