AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 :: Fiore Centre-Sud :: Montagne Blanche :: Lamia Scale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Factice jumélité [Ainsel & pnj]

avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 08/06/2015
Jeu 17 Sep - 0:32

Luka Bloodberg - Master de Lamia Scale


C’est tôt matin que s’eut levée la maîtresse de maison. D’aucun de ses petiots ne s’éveillait à cette heure, à l’aube. La douceur du manteau de nuit s’évadant, le bienfait d’une caresse astrale et diurne, la majesté d’une étoile renaissant; voilà qui savait la combler au lever. Mais elle avait fort à faire, comme administrer son fief et ses gens. Aussi filait-elle sous l’onde, afin de purifier son être. Puis elle endossait son ravissant ensemble. Et voilà qu’armée de courage et d’une ombrelle, elle filait au-dehors ; afin de braver l’existence d’une donzelle. Là elle s’évadait du dortoir, délaissant l’étage quiet et paisible. Ses beaux souliers foulaient la terre avec légèreté. Une douceur aux lèvres l’épaulait. C’est avec une grande délicatesse qu’elle arborait l’escalier du hall, grinçant à peine, chantant pour elle. Et elle se déportait toute entière, avec fougue et désir, en l’antre des plaisirs; la modeste cave regorgeant de délices. Elle manquait d’ailleurs d’en saliver, rien qu’à y songer. Cela n’arriva.

Mais elle avait grand faim. La journée passée l’avait bien captivée, sollicitée, éreintée. Le souper elle l’avait manqué. Et sa frêle bedaine semblait affamée, proférant un chant assez disgracieux. Naguère encore, elle l’avait étouffé. Mais il revint la hanter ? Un soupir, une pensée. La verdâtre savourait de copieux mets. Assise à l’écart, elle admirait ce ciel embrasé. Depuis la lucarne haut perchée, elle avait tout loisir de le contempler. Se faisant elle s’égarait un instant, si fugace qu’elle en oubliait sa besace. Lorsqu’elle fut rassasiée, sa majesté revint en lumière. Et délaissant la pénombre chatoyante de son antre de détente, elle s’exilait là où ses devoirs l’attendaient. La donzelle regagnait alors ce bureau édifiant, si follement aménagé. Elle alla tirer les rideaux de pourpre, et ouvrir sa fenêtre. Là une aimable brise vint à lui caresser la joue, avant que ne ballotte un brin sa chevelure d’émeraude. Puis elle s’en retournait à ses affaires. Sa démarche alambique intimait à l’esprit occupé.

Une pensée la trottait, encore. Mais rien ne serait éroder son sourire. Elle lambinait et cogitait, faisant d’aventure les cent pas. Ses doigts de fée caressaient le beau bois d’un bureau. Advienne que pourra, se dit-elle, confiante et avenante. Soudain elle regagnait en hâte cette porte grande ouverte. Sa sottise de l’instant lui causait de bien risibles pensées. Et d’un soupir elle agissait. Une fois l’entrée scellée en son dos, la Bloodberg trouvait siège à sa mesure. Sa personne retrouvait le confort inégalé d’un trône. S’y laisser reposer l’aidait fort à s’apaiser, à méditer. Après quelques instants, elle chassait ses pensées. Puis elle plonger le nez en mille papiers. Bien qu’impeccable et soigné, son palier demeurait envahi par la paperasse. Il y avait de tout, bonne routine dont elle ne se lassait. Dès lors qu’elle s’afférait à ses devoirs, la dame perdait toute notion de temporalité. Des heures s’étaient écoulées. Une note elle avait glissé sous le palier d’une chambre, une audience se tiendrait.


Image d'elle entière si besoin :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 18/07/2015
Ven 18 Sep - 1:34
Aujourd'hui est une nouvelle journée qui commence en tant que mage de la guilde Lamia Scale, même si je n'ai toujours pas effectuée ma première mission, j'essaie de ne pas être un fardeau et de ne pas abuser de l'hospitalité de Luka, maître de la guilde qui a acceptée de moi dans celle-ci. Pour ça, j'essaie de maîtriser ma magie qui est nouvelle pour moi et il fallait dire que c'était... catastrophique ? Oui je crois que c'est le mot approprié, laissez moi m'expliquer.

Les illusions, ça, il n'y a pas trop de problèmes même si cela est très minime, j'arrive par exemple à faire boire de l'eau à quelqu'un en lui faisant croire que c'est un délicieux thé ou alors faire croire que je suis armé d'une magnifique épée alors que je porte juste un bâton de bois. Là où c'est la catastrophe, c'est par rapport à mes ailes : Je suis incapable de voler correctement sans m'écraser quelque part et pire encore, j'ai l'impression qu'elles sont "implantées" définitivement. Je n'arrive pas encore à les faire disparaître pour qu'elle réapparaissent à ma guise, je peux les déployer et les ranger mais pour le reste je m'inquiète, comme si qu'elles étaient réel. Je dois probablement m'inquiéter pour rien, après tout, je maîtrise que très peu cette magie encore.

Bref, mon quotidien à Lamia Scale consiste surtout à apprendre à bien maîtriser ma magie, même si aujourd'hui, j'ai l'impression que la routine va un peu se briser. Intuition ? Non pas du tout, c'est juste la lettre glissée sous la porte de ma chambre qui me fait dire ça. Il s'agissait d'une convocation du maître de la guide. Bien que je venais de me lever, je m'habillais d'une tenue assez légère... a cause de mon petit problème d'ailes, je devais porter des vêtements où mon dos était assez voyant. J'espère que ça ne dérangera pas d'ici à ce que trouve une solution. Bref, une fois habillée, je sortais et me dirigeais vers le bureau du maître. Je frappais à la porte et attendis l'ordre d'entrer. Une fois l'autorisation accordée, j'entrais. J'adressais un sourire au maître avant de demander très gentillement.

-Vous avez demandée à me voir, Maître ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 08/06/2015
Sam 10 Oct - 0:12

Luka Bloodberg - Master de Lamia Scale


Dès lors qu’elle épluchait ses papiers, la verdâtre n’accordait lus grand crédit à sa demeure. Une touchante négligence l’ayant bien amusé jadis. Naguère encore, il lui plaisait fort de se jouer d’autrui, d’une adorable malice, ou d’une farce diabolique. Ainsi vit-elle déchanter grand monde, nombre prétendant pétrifiés de terreur, emplit d’un tel effroi qu’il devint son renom. La Rose Rouge n’arborait ces crocs lacérant chairs et cœurs. Mais elle subit ce regard de coquin, que s’aimait à endosser le populisme. Ni ternie, ni souillée, la belle se riait encore de ce masque qu’on lui prêtait. Tout comme le faisait si bien une certaine sorcière, terrible beauté des blés et éternelle rivale d’une maitresse adorée. D’ailleurs, une douceur vint étirer ses lèvres. Elle plongeait son nez dans ce papelard si banal au demeurant. Une simple lettre venue du bourg. Un brave homme, gérant d’un modeste café sur la grande place, désirait porter plainte. Ses suppliques l’émoustillaient.

Il y avait du reste, une sacrée fautive, si mal lunée et peu drapée, qu’on lui décernait le rôle d’actrice de pagaille. Son dernier rapport faisait mention d’une coquète donzelle ravivant le souvenir d’une autre. Quelles plaies ces fripouilles, ces diablesses d’angélisme, songeait-elle. Cette douce pensée manquait de lui arracher fou rire. Mais elle s’en garda bien. L’étouffant sous un masque douillet, jovial ; en sa belle bouche. Soudain on toquait à sa porte. Un fieffé coquin s’empara d’elle, un sursaut de stupeur. Et d’un soupir, inaudible, elle balayait sa sottise et frayeur. Puis elle déposait avec grande délicatesse, sa feuille rescapée d’une maladresse, d’un froissement. Là elle soufflait mot, accordant audience à sa chère enfant. Bien à son aise, adossée en son fauteuil de cuir noir, la dame admirait qui s’insurgeait en son antre. Là elle en dressait le fabuleux portrait, sous couvert d’une trogne maternelle. La charmante petiote l’émerveillait, lui ravivant sa tendre jeunesse insouciante.

Luka se revoyait en Ainsel, si frêle, si belle, douée d’une candeur admirable, douée d’une pudeur édifiante. A cette affreuse vision, la bouleversant diablement, la maitresse aura bien vu choir son masque. Mais elle lui dédiait une modeste douceur, égard d’une pureté grandiose, son plus beau sourire. Et d’une gestuelle emplie de grâce et d’élégance, elle l’invitait à sa table.
 « Assied-toi, je te prie. » Eut-elle soufflé, de sa voix d’or pouvant ébranler diables et filous. Son volonté faite, l’ainée mandait à la donzelle, quelques bagatelles lui tenant à cœur. Cette bonne marâtre se préoccupait fort du bien être de ses gens, ses enfants. Mais Ainsel lui semblait de la rosée du matin, de toute fraicheur, qu’elle se souciait fort d’elle en particulier. Ainsi espérait-elle être assurée qu’elle se porte à merveille et se sente à son aise en ses quartiers, en la guilde. Cette mise en bouche ne visait guère à éluder l’affaire qui l’amenait. Luka désirait la ménager, et doucement y arriver.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 18/07/2015
Ven 18 Déc - 1:09
Je ne sais pas trop quoi dire quand a la situation actuelle, il ne s'agit que de simples salutations avant de commencer une discussion sérieuse. Je n'éprouve aucun sentiment de stresse particulier. Le seul détail qui m'ennuie, ce sont mes ailes qui sont assez grandes, prennent de la place et de ce fait, ne m'ont pas vraiment permit de m'installer correctement. Du coup, a la place de prendre le fauteuil en face d'elle, j'ai préférée opter pour un tabouret qui se trouvait un peu plus loin dans la pièce. Cette scène pouvait paraître comique comme elle pouvait passer pour un manque de respect le plus total.

On pouvait d'ailleurs remarquer sur mon visage ce sentiment de gêne, vous savez, comme si que dans une oeuvre on voyait une fille assez jeune rougir et être toute gênée parce que par exemple... un garçon lui a fait un bisou par exemple. Bah c'était pareil, sauf que là c'est pas parce amour mais par gêne. D'ailleurs, ça fait nettement moins mignon quand on voit ça en vrai que dans une fiction. Actuellement je n'oserait même pas me regarder et ni regarder le maître.. Je me contentais de m'asseoir sur le tabouret, baisser la tête et d'occuper mes mains pour essayer de décompresser. Moi qui avait aucun sentiment de stress en entrant, bah avec ma maladresse, je suis servie.

-Comme vous pouvez le constater... l'entraînement n'est pas vraiment fructueux. Impossible de faire disparaître ces ailes et encore moins de les contrôler. Je vous prie du coup de m'excuser pour ce dérangement, ça ne se reproduira plus.

Bien sûr que je me sentais coupable au plus haut point, beaucoup me diront qu'il ne faut pas en faire tout un plat, mais bon.. Mauvaise habitude gardée avec mon père. Espérons juste que je ne me ferais pas incendier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 08/06/2015
Sam 2 Jan - 22:48

Luka Bloodberg - Master de Lamia Scale


Ses instants d’égarement n’avaient que trop ébranlé la maîtresse de maison. Si bien qu’évadée d’une rêverie, elle avait bien mal agit. Sa belle bouche mandait assise la jeunesse, mais cette dernière ne trouvait hélas siège à sa mesure, auprès de la mage sainte. Nul dossier ne lui était si confortable que sa propre absence. Ainsi s’entichait-elle d’un plus modeste trône, la donnant plus frêle encore. N’allant y voir de maladresse, autre que celle de son esprit fort occupé et bien inquiet, la plus grande vint à se lever de son siège. Là elle délaissait le confort d’un fauteuil ardent, comme la posture et le bureau majestueux, lui donnant tant de prestance, de charisme. Le tout afin de se déporter, à petits souliers aussi légers qu’une plume, à l’encontre de sa protégée. Ainsi gagnait-elle le chevet de cette enfant. Sa trogne arborait des traits plus adoucis, semblant angéliques. Et telle une mère, elle témoignait tendresse et allégresse à sa petite. Une bonne mimine se voulait rassurante à l’épaule. Voilà qu’elle soufflait mot, de sa voix enchanteresse et mélodieuse.

« Allons mon enfant, tu n’as rien fais de mal. Ne te blâme de rien et persévère, garde espoir et courage. Tout vient à point qui sait attendre, et je crois en toi. »

L’espace d’un fugace instant, la dame avait brisé le masque impassible qui officiait en ces lieux, l’image du grand ponte s’effaçait au profit d’une figure maternelle. Là elle demeurait accroupie, non accablée d’une petitesse, elle avait tout loisir d’admirer la bouille de la jeune Ainsel; féérique donzelle où naissait un regard fusionnel, comme spirituel. La diabolique marâtre avait le don d’apaiser les maux de l’âme, comme de séduire les cœurs. Une faculté retrouvée chez sa rivale de toujours. La demoiselle aux iris de vermeille se redressait après coup, tout en douceur. Et délaissant sa compagne, possiblement bouleversée, elle regagnait son siège faisant office de muraille, l’indicible rempart ravivant le titre qu’elle retrouvait aussitôt. Elle ne manquait guère de lui glisser un ultime sourire, discret et touchant, presque malicieux. Et prenant ses aises, la dame de pourpre l’invitait d’aventure à s’approcher. Le modeste tabouret pouvait bien s’avancer. Sa figure semblait impassible, figée, son sérieux revint au galop. Là elle soufflait mot à nouveau, d’un timbre détaché.

« Si je le pouvais je t’aiguillerais. Hélas j’ai trop peu de temps libre. Mais d’ici deux jours un personnage aussi fabuleux que toi, doit nous parvenir. Il s’agit d’une jeune femme, elle a fait un brin parler d’elle récemment, lors d’un passage au village. Elle pourra peut-être t’aider. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 18/07/2015
Jeu 22 Déc - 0:37
C'était agréable d'entendre les encouragements du maître, après tout je n'étais pas habituée à être soutenue par quelqu'un d'autre que mon ancien majordome. D'ailleurs, je ne sais pas si il est encore en vie ou non, je ne pense pas mais, on ne sait jamais. Bref, arrêtons de s'égarer dans de futiles détails, j'ai tendance à un peu trop radoter, c'est comme si que j'étais obligé de faire un film dans ma tête avec énormément de flashback et de souvenirs qui me reviennent. Et de raconter ma vie.... Bon ! Ainsel, reprends toi ! Le maître t'a demandé de te rapprocher alors rapproche le tabouret et ensuite écoute !

Le fait qu'elle ne pouvais m'aiguiller ne me dérangeais pas, après tout elle doit avoir énormément de choses à gérer et ceci est compréhensible. Par contre, je commençais sérieusement à me poser des questions lorsqu'elle parlais d'un personnage aussi fabuleux que moi. Je ne suis qu'une simple fille qui n'est pas capable de contrôler un nouveau pouvoir. Cela n'a strictement rien de fabuleux mais soit, d'après les dires du maître elle pourra peut être m'aider alors pourquoi pas la rencontrer ? Enfin, quand j'en saurais plus sur cette personne bien entendu. J'aime bien savoir qui je vais rencontrer pour éviter les mauvaises surprises.

-Cela serais sympathique, mais qui est cette personne ? J'aimerais savoir à quoi m'attendre et si c'est une personne digne de confiance, si ce n'est pas le cas, je préfèrerais m'abstenir de toute aide.

J'étais tout à fait calme dans mes dires, je n'avais pas envie d'être froide parce que je n'ai pas envie que ce que je dise soit mal pris. En tout cas, j'ai bien envie de savoir de qui il s'agit, ne serais-ce que pour combler ma curiosité personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 08/06/2015
Mer 11 Jan - 22:24

Luka Bloodberg - Master de Lamia Scale

Dès lors qu’elle s’était déclamée, l’aînée laissait sa protégée renchérir le mystère planant dans l’air. L’admirable maîtresse de maison n’avait jamais su interrompre ses oisillons pouvant se fourvoyer ou commettre quelque autre maladresse. Puisqu’elle estimait nécessaire cette prise de conscience qu’elle leur faisait prendre avec du recul, tout comme elle appréciait fort de les voir s’épanouir ou grandir avec bien moins d’aisance où leur bravoure et confiance les poussaient à s’améliorer. Voilà sa pensée qui lui trottait tandis qu’elle admirait l’adorable bouille d’une fée d’émeraude, aussi touchante dans sa méfiance qu’admirable par sa verve audacieuse. La diablesse se reconnaissait dans ces traits témoignant un certain potentiel, une intelligence prometteuse, un cran édifiant. La dame qui siégeait en ces lieux faisait languir sa camarade un bref instant, si fugace qu’il évoquait la juste réflexion du bon discours. Elle la ménageait.

Ainsi lui confiait-elle que l’énigmatique énergumène s’était vue enseignée les bonnes manières, qu’elle lui paraitrait sans doute plus agréable qu’adorable, et enfin qu’il n’y avait à douter d’elle. Sinon ses illustres collègues n’en n’auraient jamais dit du bien. En cela elle ajoutait même que la fameuse jouvencelle avait bel et bien été membre des pégases avant de rejoindre les sirènes. Au bon vouloir de cette chère enfant à la même chevelure de verdure, la démone pouvait à loisir lui conter dans les moindres détails à quel personnage fantaisiste elle aurait affaire. Quoiqu’elle pouvait bien rechigner à creuser l’abîme entre sa compagne et la sorcière. Afin de la ménager. Elle lui conseillait du reste de ne pas voir-là une montagne infranchissable, mais bien un sentier qu’il serait bon d’arpenter sans crainte de l’échec. A vrai dire, Luka Bloodberg lui assignait une missive qui ne devait trop sortir de l’ordinaire. Elle aurait tôt fait de balayer les inquiétudes en des mots simples.


« Faire équipe sera assurément enrichissant, chacune pouvant apprendre de l’autre. Et l’aventure stimule nous autres mages qui se réalisent et dépassent jour après jour. »

Une poignée de canailles en chemin et à la venue incertaine n’allait pas effrayer la jeune fée, se disait-elle avec cette même figure maternelle qu’elle daignait laisser reparaître quelques instants. Avant de lui clarifier les détails. Nul péril à l’horizon, disait-elle. On lui mandait de gagner le rivage plus au sud, induisant donc une traversée des cavernes bleues pour mieux atteindre sa destination et s’épargner l’ascension de la montagne vénérable ou de louer les services d’un guide à touriste. En sommes, une promenade de santé. Là ces drôles de dames trouveraient le fort arraché à la garde runique dépêchée ailleurs. Le Conseil souhait une évaluation des forces en présence. Sans doute affiliés à une guilde noire mineure vu l’absence de célébrité funeste dans les quelques ragots qu’on rapportait. Une simple mission de reconnaissance, achevait-elle enfin. Bien qu’un détail la chiffonnait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 18/07/2015
Lun 23 Jan - 22:57



Des fois, nous disons souvent qu'un court silence vaut mieux qu'un long discours, ou alors que la parole est d'argent et le silence est d'or. Dans notre cas, or et argent étaient en harmonie : Le long discours du maître apportait à Ainsel toute les informations dont elle avait besoin et le silence de la demoiselle, lui permettait de tout assimiler dans la plus grande et délicate attention.

Ainsi elle entendit parler pour la première fois de cette demoiselle qui allait prochainement devenir sa partenaire de mission. Une sorcière, aux cheveux rose du nom d'Azriel Alucard, pour le reste il est inutile d'en dire plus, je pense que ce nom doit forcément dire quelque chose aux lecteurs si ils l'intéressent un minimum aux fondements de notre univers alors l'expliquer ne semble pas indispensable. Mais pour ceux moins curieux d'entre vous, ils s'agit d'une sorcière assez importante aux services de Mermaid Heel, elle est souvent accompagnée de Lyra, une petite boule de poile rose très mignonne. Quand tu palmarès, un roman pourrait être écrit à son sujet mais, bien qu'intéressant, ce n'est pas le sujet actuel.

En revanche, le ressenti de notre petite protégée aux cheveux verts fait clairement parti de notre sujet ! D'ailleurs, elle n'étais pas spécialement inquiète au sujet de la mission qui lui avait été confiée. Elle sait que mademoiselle Bloodberg le lui aurait pas proposé quelque chose de périlleux étant donné de la faible expérience de notre mage féerique. Elle comptais s'investir du mieux qu'elle peux, en espérant que le dialogue avec sa future partenaire passe aisément.

-"Je tâcherais de mener ma mission du mieux que je pourrais ! Je saurais faire honneur à Lamia Scale, maître.

Une source de bonté et de politesse, le fruit d'une éducation auprès d'une riche famille mais surtout, un devoir pour Ainsel, cette demoiselle qui cherche à être elle même. Tout ce qu'elle disait était dit avec la plus grande sincérité, elle appréhendais certes sa première mission mais elle avait la volonté ferme de la réussir. Faire honneur à la guilde était pour elle une manière de la remercier de l'avoir acceptée. Elle restait donc attentive à ce que Luka allait lui dire. Elle ne savait pas si elle avait encore des détails à lui donner et notre chère demoiselle n'est pas du genre à prendre congé sans que l'on lui ait donné la permission.... Quelle gentille fille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 08/06/2015
Ven 28 Avr - 17:29

Luka Bloodberg - Master de Lamia Scale

Quand bien même la dame en rouge lui dédiait tendresse grandiose et air maternel plus prononcé que d’ordinaire, sa figure au sérieux irréprochable et détaché ne lui épargnait guère quelques élans songeurs, la donnant bien absente l’espace d’un fugace instant. Nul doute que la jeune fille aura dénoté le phénomène. Peut-être que cette créature fabuleuse se languissait-là de s’évader à l’antre souveraine. Ou bien n’était-elle qu’intriguée par cette poignée de seconde où sa bonne maîtresse l’admirait, semblant figée en son trône ? Mais elle pouvait simplement méditer l’affaire, comme espérer insuffler l’éventuelle témérité qui pourrait bien faire défaut à la belle enfant. Quoiqu’elle la préférait croire aussi brave que ses camarades. Et elle avait grand foi que la crainte de l’échec n’aille point la tirailler. Soudain, la dame soufflait mots. Elle avait la voix mélodieuse, sereine, et les traits adoucis. Le tout agrémenté d'une sourire.

« Bien, je ne te retiendrai pas plus longtemps. Bonne journée. »

Et tandis qu’elle voyait filer la donzelle, l’admirable démone déportait ses pas légers à la fenêtre de son antre, afin de contempler la splendeur du paysage que daignait lui offrir le ciel clément et ensoleillé de cette nouvelle année. La beauté d’émeraude s’accoudait alors au bois vénérable et confortable de l’encadrement de l’ouverture, où ses bras fin enveloppés de blancheur voilaient quelques peu ses courbes élégantes. Elle laissait fondre ses prunelles écarlates aux rares passants et voyageurs qui s’éloignaient de sa demeure, leur souhaitant alors bon vent sans même se déclamer. Elle qui avait l’art de captiver d’un regard, avait tout autant la manière de galvaniser et d’émoustiller qui croisait le sien. Comme s’il y avait quelque sortilège subtil en ces prunelles envoûtantes.

Là elle s’imaginait pouvoir admirer sa chère protéger en sa balade, lui inspirant des lors plus de gaité qu’autre chose. Hélas, la simple vision de cette belle enfant avait de fâcheux de troubler son esprit d’ordinaire inébranlable. Puisqu’elle lui ravivait le souvenir d’une autre, dont elle songeait fort à ce qu’elle devait être aujourd'hui; une sublime demoiselle sans nul doute. Quoiqu’elle la voyait bien un peu plus grande, bien bâtie mais à la musculature si subtile qu’elle serait peu voyante, avec en plus des courbes un brin sensuelles ou légèrement plus garnie qu’une cadette. Du reste, la maîtresse de maison demeurait perplexe sur la pérennité des traits délicats d’un jadis joli minois. Et il lui semblait plus probable que la figure aurait les traits durs, presque bestiaux. A vrai dire, il lui tardait fort de pouvoir enfin admirer celle dont elle fabulait trop l’apparence méconnaissable.


« Aby, je me demande si tu ressembles d’avantage à AE qu’à ta pauvre mère. » Susurrait-elle d’aventure songeuse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Factice jumélité [Ainsel & pnj]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» LU POUR VOUS SUR LE WEB: PROBLÈMES D'INFIDÉLITÉ DE LA FEMME
» Fidélité ou trahison [Az']
» Dans un couple, l'ennui engendre l'infidélité. (théo)
» .:. 1 Cour .:.
» Elle n'y échappera pas... [PV-Black & Sorrow]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Rise's Tale :: Fiore Centre-Sud :: Montagne Blanche :: Lamia Scale-
Sauter vers: